Déclinaison de Houmous

Ici, une déclinaison de trois saveurs, de trois textures,… Sur la même base de recette se crée une multitude de saveurs et de couleurs non imaginées jusqu’alors. C’est ce que je souhaite vous partager ici à travers la composition de ces trois houmous.

Ces déclinaisons, je les ai créées et améliorées au fur et à mesure des années, de mes découvertes culinaires et de l’évolution de mon palet. Celles-ci varient et changent selon mon goût et en fonction de mes envies du moment.

Elles sont toutes les trois réalisées à partir de légumineuses, c’est la raison pour laquelle j’ai choisi de laisser la dénomination de « houmous ». Néanmoins, les ingrédients ainsi que la façon de les préparer s’éloignent du houmous tel que nous le connaissons avec le pois chiche.

Ces préparations se dégustent aussi bien sur du pain, qu’avec des bâtonnets de légumes de carotte, de concombre, de radis, sur une tartine de pain des fleurs, en apéritif… Et il y a encore d’autres façons de les associer que je vous invite à découvrir plus bas dans cet article.

 

Vous trouverez dans mes recettes, des mesures approximatives car je ne suis jamais (ou très rarement) une recette à la lettre, encore moins quand je les créée ou les modifie en partant d’une base connue.

 

C’est une « invitation » à faire connaissance avec les produits et les matières à travers le goût, ce que vous renvoie votre palet, l’un de nos précieux 5 sens. Faire connaissance avec les saveurs que vous percevez, plutôt qu’à travers votre mental qui mesure la quantité.

Cela peut prendre un certain temps, néanmoins avec un peu d’entraînement régulier, on laisse libre court plus facilement à sa créativité. Pas à pas.

Mettre la main à la pâte de façon plus consciente vous procurera un sentiment de satisfaction et de joie.

Ainsi vous obtiendrez une recette toujours originale qui sera unique, parce-qu’elle sera la vôtre et celle du moment.

Volontairement, j’y ajouté des plantes sauvages (ortie et lierre terrestre) pour deux d’entre elles, néanmoins, il n’y pas d’obligation à cela. Vous pouvez facilement les remplacer par des aromates fraichespersil ou coriandre.

 

Houmous de lentilles corail au curcuma

  • 100 g de lentilles corail à pré tremper dans de l’eau pendant 1 heure
  • 1 cm de racine de curcuma
  • 1 carotte crue
  • huile d’olive et huile de sésame, 2 cas de chaque et à doser selon la texture et le goût
  • 1 cac de purée de sésame complète ou semi-complète
  • 2 cac de vinaigre de cidre et/ ou le jus d’un citron
  • 1 pincée de sel de Guérande

Très petites, les lentilles corail sont des lentilles qui n’ont pas besoin d’être trempées dans de l’eau toute la nuit, comme expliqué dans mon article sur les graines germées. Une heure de trempage dans de l’eau de source ou filtrée est suffisante pour qu’elles soient au stade de pré germination (1ère étape). Ensuite, elles germent très vite! en quelques-heures vous pouvez voir apparaître le germe contrairement aux autres graines.

Pour cette composition, j’ai fait un compromis. Je n’avais ni envie de faire un houmous cru ni envie de faire un houmous cuit. Alors, j’ai eu l’idée d’associer les deux. Les 3/4 des lentilles ont été cuites à feu doux avec un fond d’eau et le 1/4 restant, je l’ai ajouté au moment de mixer avec tous les autres ingrédients avec le blender Vitamix.

Le curcuma est une pointe relève le goût discret des lentilles.

La carotte vient rendre la couleur orange aux lentilles qui blanchissent à la cuisson et au mixage.

Le compromis est réussi. Sans concession, il est devenu une association qui donne à cette préparation tout le velouté nourrissant d’un houmous.

Houmous de lentilles vertes au lierre terrestre

  • 100 g de lentilles vertes à faire pré-tremper la veille dans de l’eau
  • 1 cac de purée de sésame
  • huile d’olive et de sésame, 2 cas de chaque et à doser selon la texture et le goût
  • le jus d’un citron
  • une pincée de sel de Guérande
  • une dizaine de feuille de lierre terrestre finement ciselées à ajouter au dernier moment

Cuire les lentilles vertes à feu doux pendant une demi-heure avec une feuille de laurier. Puis mettre le tout dans votre blender (sauf le lierre terrestre).

Le lierre terrestre offre un goût assez marqué de « terre » un peu comme un champignon. Cette saveur se marie bien avec la saveur neutre des lentilles. Je trouve plus agréable quand la saveur du lierre terrestre se laisse entrevoir par moment plutôt que constamment. D’où l’ajout des feuilles ciselées au dernier moment.

Le lierre terrestre se retrouve dans les sous-bois, au bord d’un sentier et dans les jardins. Il a des propriétés cicatrisantes et expectorantes. Ici, je l’ajoute plus par goût que pour exploiter ses qualités médicinales. Ses fleurs bleues violacées ornent joliment les chemins au printemps.

 

 

 

 

 

 

 

Houmous de pois cassés à l’estragon & à l’ortie

  • 100g de pois cassés non cuits à pré-tremper dans de l’eau la veille
  • 3 feuilles d’estragon
  • huile d’olive et de sésame, 2 cas de chaque et à doser selon la texture et le goût
  • 2 cac de vinaigre de cidre ou jus d’un demi-citron
  • une pincée de sel de Guérande
  • un peu de poivre moulu
  • 3 feuilles d’ortie finement ciselées

D’abord cuire à feu doux, les pois cassés dans de l’eau avec l’estragon. Ajouter l’ensemble dans le blender jusqu’à obtention d’une texture semblable à une crème pâtissière. Puis ajouter les feuilles d’ortie finement ciselées à la préparation. Cela donne une belle texture verte dans laquelle se trouve de très fines lamelles d’ortie.

Pour celui-ci, pas de nécessité d’ajouter la purée de sésame, l’association des pois cassés et de l’estragon est mise en valeur.

L’ortie ne se présente plus, néanmoins, je vais vous en parler succinctement. Au-delà de ses aspects urticants, elle a de nombreuses qualités, dont les principales sont celles d’être riche en minéraux et en chlorophylle (donc très intéressant pour notre équilibre acido-basique par conséquent), elle est aussi riche en protéines. Et, elle se trouve tellement facilement et plus rapidement que son ami le lierre terrestre.

L’absence de purée de sésame lui ouvre la possibilité de l’associer tiède à une céréale neutre comme le riz ou de la semoule de blé ou des pâtes semi-complètes en délayant avec un peu plus d’huile d’olive ou un peu d’eau.

 

Les propriétés nutritives de ces trois préparations

Les légumineuses sont des aliments riches en protéines (végétales). Elles accompagneront bien une céréale au goût neutre comme décrit plus haut et feront ainsi un plat végétarien.

Le trempage dans l’eau avant (la veille ou 1 heure) permet de valoriser leurs qualités nutritionnelles, les micro-nutriments (minéraux, oligo-éléments, vitamines) et enzymes sont disponibles et assimilables par le corps. En activant le processus de germination et en désactivant l’acide phytique non assimilable pour l’organisme.

 

Les déclinaisons d’associations possibles 

Ces trois houmous s’accommodent aussi:

  • dans les nombreuses et multiples salades d’été
  • en « sauce d’accompagnement » avec une céréale comme décrit pour le houmous de pois cassés sans cuisson, juste réchauffer sur une plaque chaude éteinte ou allumée sur le feu le plus doux
  • et aussi en « sandwich » ou comme des rouleaux de printemps
  •  … 🌱 et toutes les autres déclinaisons en cours de création 🌱

Si vous souhaitez en savoir plus sur le joli blender performant Vitamix, c’est par ici.

Si vous souhaitez en connaître davantage sur les plantes sauvages, ce sera avec ma collègue Anne Candau et/ou lors d’une sortie en Forêt de Montmorency, en partenariat avec la mairie de St Prix, la prochaine aura lieu le 29 septembre.

Je vous souhaite de belles créations uniques du moment à déguster et à partager.

Si vous souhaitez partager vos compositions, ce sera avec grand plaisir que je les recevrai sur Instagram ou Facebook grâce au hashtag #pepiteensoie.